Dieu, l’interview

« Quand un petit écrivaillon interviewe Dieu …
Adeline Neetesonne réinvente le pamphlet humoristique dans une nouvelle aussi étonnante que rafraîchissante, où sont abordés tous les sujets de société. »
FB_IMG_1512117744248
À paraître le 5 décembre 2017 chez L’Ivre-Book !
Publicités
Dieu, l’interview

Chronique !

Je vous présente une nouvelle chronique du premier tome de La Sorcière et le Viking, publiée par Paroles d’une Livrophage :

« hier soir j’ai passé une superbe nuit en très bonne compagnie et comme je suis encore toute retournée par ma dernière lecture qui m’a tenu éveillée jusqu’au petit jour, je me suis dite que ce serait pas mal de vous le faire découvrir. Sincèrement, c’est par pur hasard que je suis tombée sur le premier tome de la micro série, et comme à mon habitude j’ai flachée sur la splendide couverture. En tout cas, je n’aurai jamais su qui aurait été Adeline Neetesonne si je ne m’étais pas plongée aussi profondément dans l’histoire. Car il faut bien le dire, je fus totalement éblouie par les personnages et surtout par l’un d’entre eux. J’ai eu un méga coup de cœur et je suis encore à me demander quand je retournerais dans l’histoire avec le tome deux.

Mais en attendant, je vous propose de lire le résumé de cette magnifique épopée qui jusqu’à encore maintenant se trouve ancrée dans mon petit cœur de livrophage. Ermeline, jeune franque vivant dans un manoir des bords de Loire avec son beau-père et son demi-frère, tente de renier ses visions afin de ne pas passer pour une hérétique aux yeux des autres chrétiens. Bien qu’instruite et d’un caractère vif, elle se voit obligée d’accepter d’épouser l’homme déplaisant choisi par sa famille. Alors que son avenir se présente sous les pires aspects, la propriété de son beau-père fait l’objet d’une attaque viking. La jeune femme trouve alors le courage de tout abandonner pour partir avec ces sauvages et découvrir un univers beaucoup plus civilisé et tolérant que ce qu’elle avait toujours connu. Avec le soutien d’Olrick, chef des Vikings, elle acceptera peu à peu ses pouvoirs de divination et en développera de nouveau. Elle deviendra alors une puissante sorcière, prête à tout pour protéger sa nouvelle famille, en particulier Olrick dont la présence ne fera que la troubler chaque jour davantage…

Oh la la !!!! Je ne sais pas vous ? Mais moi ce résumé me met l’eau à la bouche. Il émoustille les papilles culturelles de ma livrophagie. Oh ! Et pour en plus ne pas rester sur ma faim, les personnages sont croquants, craquants, en résumé je n’en ferai qu’une bouchée, du moins pour certains d’entre eux.

Ermeline est une très belle jeune femme qui depuis son enfance vit dans un couvent. Sa mère mourut quelque temps après son départ, et durant son enfance, autant par son père que par son frère ou encore que ce soient les gens du village, tous la traitent comme une batarde. Car la particularité de cette jeune femme, est d’être brune aux yeux d’un bleu irréel, comme ceux d’un viking. Mais là où les choses se corsent, vient du fait que depuis toute petite, elle a des visions. C’est d’ailleurs de cette façon qu’elle sait que son père n’est pas son père, et qu’elle est à moitié viking. Quand son père la fait rentrer du couvent soi-disant parce qu’il n’a plus assez de moyen pour l’y laisser, elle découvre avec stupéfaction que son beau-père lui a arranger un mariage avec un vieillard sournois. Et comme elle n’aime pas son fiancé, elle cherchera un moyen pour quitter sa maison. C’est d’ailleurs lors d’une promenade, qu’elle va rencontrer une patouille de viking et que son destin va se mettre en route. Ermeline est une jeune femme forte, impérieuse, elle sait quand l’ouvrir et quand elle doit garder le silence. Néanmoins, elle possède une force de caractère peu commune. Elle ne pleure pas quand son demi-frère et son fiancé l’échange contre leurs libertés, bien au contraire. Elle leur tourne le dos, lève la tête et marche avec fierté. Son âme est pure et douce comme du miel. Elle n’hésite pas à veiller sur les viking malade, les aide, et ses visions vont lui permettre de gagner sa liberté. Et au lieu de partir, elle reste. Elle est une jeune femme forte, en plus afin de se protéger, elle va alors apprendre à se battre, et petit à petit elle va alors s’intégrer au groupe de guerrier. Elle qui a débarqué dans ce monde en tant que traell (esclave) va finir en tant que frjalsgjafi (femme libre). Et tout cela grâce à ses compétences, sa douceur, sa gentillesse et ses don divinatoires.

Olrick est un jarl (chef de clan) qui est venu en France sur le bord de la Loir afin d’y mener quelque pillage. Il est honnête, fort, magnifique, et surtout protecteur envers les gens qui le servent. C’est d’ailleurs lors d’un raid qu’il a ‘’capturer’’ sa belle Ermeline. Dès le début il est fasciné par la jeune fille, ensorcelé même. Il est plus que respectueux envers elle, il cherche à lui faire plaisir. Et quand il découvre que la jeune fille est une loeknir (sorcière) il va l’affranchir et lui donner le poste. De plus, quand il voit que les siens sont mal en points, il va jusqu’à aller rechercher un endroit sûr pour qu’ils puissent reprendre des forces et guérir. Au fond ce qui fait de lui un bon chef de clan, ce n’est pas le fait qu’il soit un viking, mais qu’il soit attentionné autant envers son peuple qu’envers les esclaves. Il m’a fait une forte impression.

Sigmar est le beau-père d’Ermeline. C’est un être abject. Comment une personne de son rang et de son âge, peut-il dire à une petite fille qu’elle est une batarde. Sans compter qu’il monte son propre fils contre la jeune fille. Mais pire que tout, comment peut-il fiancé une jeune demoiselle à un être qui soit suffisamment vieux pour être son grand père. Chaque fois que je lisais un passage sur lui, j’avais envie de vomir. Alors pour ce qui est de sa mort, elle était vraiment faite pour lui.

Edwald est le fils de Sigmar et demi-frère d’Ermeline. Tout comme son père, lui aussi est un être remplie de fiel envers la jeune fille. Il m’a dégouté.

Markvart est le prétendu fiancé d’Ermeline. Plus abject, plus hypocrite, sournois et méprisable que lui tu meurs. Je ne l’aime pas du tout. Il est vrai qu’il a signé un contrat de mariage afin qu’Ermeline devienne son épouse, mais une vision de cette dernière lui apprend qu’en réalité il va faire d’elle une esclave. J’en ai encore des frissons qui jouent sur mon corps quand j’imagine ce dont il est capable. C’est un lâche, un capon, un …. Bref je ne l’aime vraiment pas.

Terkel est un jeune viking. Très vite il devient le meilleur ami d’Ermeline. Il va lui apprendre les coutumes de son pays natale, et quand cette dernière va devenir une femme ‘’libre’’, il va alors lui apprendre à se battre. Je me suis souvent demander s’il ne serait pas un chouya amoureux de la belle sorcière. Il est attendrissant.

Bjornulf est le véritable père d’Ermeline. Dès leurs rencontres, il croie que la jeune fille le déteste, parce qu’il a laissé la mère de cette dernière en France. Alors quand il découvre qu’en réalité la jeune fille est la fille de la femme qu’il avait aimé vingt ans auparavant et qu’en plus elle est sa fille, le pauvre bougre va se sentir heureux comme jamais. Il va alors la veillé, la nourrir, lui accorder le mariage, la reconnaitre devant tous, il va … Bref il va être bien plus un père pour elle que ne l’a été Sigmar depuis sa naissance.

Gunnar est le fils de Bjornulf, ce qui fait de lui le frère de la jeune fille. Il va suspecter pas mal de chose en ce qui concerne son père pour la manière dont il va s’occuper de la jeune fille. Mais quand il apprendra la vérité sur les origines de la jeune demoiselle, il sera le plus heureux des hommes. Il ne pourra s’empêcher de veiller sur elle et de la protéger. En fait, il deviendra un vrai frère pour la jeune fille.

Bien entendu, on y retrouve plein d’autre personnages aussi fascinants que les uns que les autres avec les esclaves francs, les dieux. Car oui les dieux nordiques sont très présents dans l’histoire. Et puis bien d’autres encore.

Seigneur, je tapote encore et encore sur mon clavier sans me rend compte que ma chronique à bien avancée, vu que je suis déjà sur le point qui parle du roman en lui-même. Oh mon dieu ! Et comme de coutume, je vais vous parler de la plume du roman, de la romance entre les personnages et pour finir l’intrigue du livre.

La plume de Adeline Neetesonne est magique. En lisant ce livre, je me suis laissée transportée par sa plume entrainante, légère, romantique, historique dans un univers sombre où chaque instant passé vous fait décoller de votre canapé où vous vous êtes installé tranquillement. Les pages se sont mises à défilées, les mots dansaient devant mes yeux, et les émotions me sautaient à la figurent. Mon petit cœur lui ne cessait de sursauter au moindre rebondissement. La lecture est rythmée tant par les actions, les rebondissements, les quiproquos, les retournements de situations. Je n’ai cessé d’avoir peur pour cette jeune héroïne qui au fond se découvrait. Les paysages sont comme des tableau de notre France côté de la Loire avec comme toile de fond les rivages de ce fleuve avec les manoirs et les villages aux alentours. Les personnages sont simples dans leurs attitudes, ils nous ensorcellent par leur modestie et leur droiture pour la plus part. Et quand l’un des deux personnages principaux souffre, nous aussi souffrons avec lui. L’univers mis en place est plutôt agréable, même s’il reste sombre en ce qui concerne certaine chose, mais le fait de suivre l’évolution de tout un chacun autant par les yeux d’Ermeline que d’Olrick nous permet de découvrir ce monde de manière totalement irréel. De plus les chapitres sont cours et je n’ai réussi à aucun moment à lâcher mon livre, tant le récit est additif. D’où le fait que j’ai passé une nuit blanche dont j’en suis fort heureuse.

La romance entre Olrick et Ermeline, ne se fait pas tout d’un coup comme cela, comme tant d’autres livres à l’eau de rose du même genre. Non : On sent que cet romance, ou plutôt cet amour se met en place petit à petit. Quand Ermeline arrive au campement sans faire d’histoire, Olrick va chercher à découvrir ce qu’elle cache. Et c’est en l’amenant à avoir confiance en lui qu’il y parviendra. Par la suite, à force de côtoyer ce beau blondinet de viking, Ermeline se fera un plaisir d’accepter la proposition de mariage. Olrick est doux, attentionné envers la jeune fille. Il l’écoute, l’observe, la protège, et cherche à lui faire plaisir. Il est heureux auprès d’elle et vice versa. Il ne se cache pas, il ne nie pas ses sentiments, au contraire, il l’avoue. Malheureusement quand les dieux s’en mêlent …. Cela fait mal. Mais je jeune guerrier reste confiant et reste tranquillement auprès de la belle donzelle pour la soutenir et veillé sur elle chaque fois qu’elle a une vision. Si cela n’est plus de l’amour, alors je ne suis plus Parole d’une livrophage nom d’un bon bouquin. En tout cas cette romance m’a laissée bien plus rêveuse qu’il ne devrait.

L’intrigue du livre est plutôt simple elle aussi. Les questions principales qui en ressortent sont qui est réellement Ermeline ? Pourquoi les dieux se battent tant pour elle ? Et qu’est-elle vraiment ? Mais surtout qu’a-t-elle de si spécial pour qu’ils viennent lui parler eux-mêmes ? Car durant toute la lecture, nombreuses seront les questions qui vont en ressortir. Mais chacune obtiendra leurs réponses. Néanmoins, comme le fils d’Ariane est bien sur Ermeline, je pense que c’est en lisant le tome deux que je découvrirais mes réponses. Cependant, je sens que l’auteur a su admirablement mêler autant le fantastique par la magie, les dieux etc avec la romance. Car le lecteur se laisse happer par cette intrigue captivante que l’auteur a su construire. Elle l’a tellement bien ficelée, que quand on décore le livre, on sent les senteurs, les aromes, le gout, la texture de chaque mot, de chaque phrase sur son cœur, et surtout dans son âme. Je ne sais pas comment cette auteure à fait, mais je ne pense pas que j’ai dû rencontrer un autre livre de ce genre. Quoique !!!! Avec moi on ne sait jamais. J4adore tellement lire qu’il m’est complètement impossible de dire que je n’ai jamais eu un livre similaire à me mettre à la bouche.

En conclusion, La sorcière et le viking tome un est un excellent livre. J’ai passé un formidable moment de détente culturelle en compagnie de deux têtes dures. Les personnages me laissaient continuellement aux aguets, tant ils éveillaient ma curiosité. D’ailleurs je me suis énormément attachée à Ermeline tout particulièrement dont la vie avant sa rencontre avec les vikings ne fut guère facile. Une plume addictive et légère, dans un paysage français et un univers de divinité nordique. Bref, ce premier tome n’est qu’une mise en bouche je le pense, mais si passionnant. Malheureusement cette fin ne me convient pas. Mais je me dis que c’est pour découvrir plus en avant que l’auteur ait mis en place ce final si douloureux. En attendant je vais de ce pas m’atteler à la suite du livre, et vous dit à bientôt mes livrophages pour une autre chronique. »

Chronique !

Concours !

Pour fêter la sortie du tome 2 de La Sorcière et le Viking, Les Corbeaux d’Odin, Adeline Neetesonne vous offre deux exemplaires du premier tome, Le Manteau de Freyja.
Concours Sorcière et Viking
 
Participation au tirage au sort par mail à lasorciereetleviking@gmail.com du 2 au 11 octobre 2017 en précisant vos nom, prénom et adresse postale.
Concours réservé à la France métropolitaine uniquement.
Concours !

Chronique !

Nouvelle chronique du tome 1 de La Sorcière et le Viking, publiée hier par Des Livres et Moi :

 » […] Sans perdre un instant, l’auteure nous entraîne ici au coeur d’un univers particulièrement captivant. Mêlant admirablement suspense, fantastique et romance, le lecteur se laisse volontiers happer par cette intrigue intelligemment construite et conduite avec brio, ce d’autant plus qu’elle est rythmée par de courts chapitres dynamisant le récit. Dès lors le lecteur ne quitte plus le texte des yeux avant d’en avoir terminé avec lui, ce qui arrive finalement bien vite tant cette lecture est addictive.

Réelle force du roman, les protagonistes nous sont bien vite présentés, éveillant dès lors la curiosité d’un lecteur aux aguets. Richement étoffés, construits avec attention et minutie, le lecteur s’attache bien vite à ces derniers, et plus particulièrement à Ermeline dont la vie n’a décidément pas été facile mais épate par tant de résilience et de courage.
Servie par une plume fluide et légère, un style simple et élégant, le lecteur ne peut que succomber à cette lecture particulièrement plaisante.
En bref, un premier tome passionnant dont le lecteur n’attendra plus qu’une chose une fois le livre achevé : Lire la suite ! « 
Chronique !